PROCHAINES DISPONIBILITÉS : Mai 2024

labels culinaire

Labels culinaires : IGP, AOP, Label rouge… On fait le point

 Tendance Food & Breuvage 

 

Pour les producteurs passionnés et les foodpreneurs, naviguer parmi la multitude de labels alimentaires peut s’avérer déconcertant. Perdu face à toutes ces étiquettes, vous vous questionnez peut-être sur leurs enjeux et leurs significations.

Ces symboles, visant à garantir la qualité des produits, sont-ils réellement un gage de confiance ou simplement un appât pour les consommateurs ?

Y a-t-il un intérêt pour vous à en obtenir un ? IGP, AOP, Label rouge : faisons le point sur tous ces labels culinaires pour voir ce qui se mijote réellement !

 

Qu’est-ce qu’un label culinaire ?

 

Un label culinaire est une certification apposée sur un produit alimentaire, garantissant que celui-ci répond à des critères spécifiques en termes de qualité, de provenance ou encore de méthodes de production.

Deux grandes catégories sont à distinguer :

  • Les labels publics : ils font office de référence pour les producteurs et les consommateurs. Ils sont émis par les instances gouvernementales et font l’objet de contrôles réguliers par des organismes indépendants.
  • Les labels privés : ils sont créés par des organismes indépendants ou des industriels, et ne sont soumis à aucun contrôle. La prudence est de mise, car certains sont purement marketing et ne renseignent en rien sur la qualité réelle de l’aliment.

 

À quoi servent les labels alimentaires ?

 

Initiés en 1935 pour réglementer le marché du vin et lutter contre la fraude, les labels se sont progressivement étendus à l’ensemble des produits agricoles et alimentaires.

À une époque de consommation de masse, le lien entre les producteurs et les consommateurs s’est largement distendu. En faisant ses courses, le client moderne se trouve déconnecté des modes de fabrication et de la provenance des aliments.

La recherche croissante de saveurs authentiques et de produits du terroir renforce l’importance des labels.

 

Une valorisation de votre savoir-faire

L’obtention d’un label est une véritable reconnaissance, qui valorise votre savoir-faire, votre créativité, et votre engagement pour la qualité alimentaire. Si vous vendez vos produits en épicerie fine ou en magasin, cette distinction ne passera pas inaperçue aux yeux de vos clients et viendra renforcer leur confiance envers vos créations.

Les consommateurs sont de plus en plus enclins à privilégier les produits labellisés, symboles tangibles de la qualité et du bien manger. Ainsi, cette accréditation pourrait se traduire par une augmentation de vos ventes.

 

Une information pour les consommateurs

La vocation principale du label réside dans son rôle informatif auprès des consommateurs, leur permettant de faire des choix alimentaires éclairés. Face à la multitude de références disponibles en supermarché ou en épicerie, ces signes distinctifs sont des indices précieux pour tous ceux qui désirent faire leurs courses en conscience.

Les consommateurs ont besoin d’être rassurés sur la provenance de ce qu’ils mettent dans leur assiette, surtout après avoir été confrontés à de nombreux scandales alimentaires. Soucieux de leur santé, mais aussi de l’environnement et du bien-être animal, les clients recherchent des garanties de qualité avant de passer à l’achat. Ainsi, le label devient un peu comme un guide rassurant dans la jungle alimentaire moderne.

 

Comment obtenir un label culinaire ?

 

Pour obtenir un label alimentaire, la première étape consiste à choisir celui qui correspond le mieux à vos produits. Ensuite, il faut vous assurer de respecter les critères définis par le cahier des charges relatif à la certification visée, ce qui peut impliquer des ajustements dans vos méthodes de production ou de distribution.

Une fois prêt, vous contacterez un organisme certificateur approuvé par l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine), lequel évaluera votre conformité au référentiel à travers des audits et des vérifications.

Si votre produit coche toutes les cases, vous obtiendrez la certification visée, vous permettant d’afficher fièrement ce symbole de qualité et d’authenticité sur vos produits alimentaires. Une fois la certification obtenue, gardez à l’esprit que dans certains cas, il sera nécessaire de réitérer votre demande ou procéder à une vérification régulière pour maintenir l’étiquette sur vos produits.

 

Les labels culinaires et signes officiels de l’origine des produits

 

Certains labels ont pour fonction de garantir l’origine et la traçabilité des produits alimentaires.

Voici un aperçu de ceux que l’on voit le plus souvent dans les rayons.

 

L’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC)

L’AOC est un label français, certifiant que les produits sont fabriqués dans une zone géographique bien définie, de leur production jusqu’à leur transformation, en respectant un savoir-faire reconnu. C’est un gage de l’authenticité des produits du terroir, comme c’est souvent le cas avec les vins ou les fromages régionaux (Saint-Nectaire, Roquefort, Beaufort, etc.).

 

L’Appellation d’Origine Protégée (AOP)

L’AOP est en quelque sorte l’équivalent européen de l’AOC. C’est un signe qui protège l’appellation de certains produits dans toute l’Union Européenne. Son objectif demeure inchangé : mettre en valeur les spécificités des terroirs et assurer la traçabilité des aliments. L’obtention de l’AOP requiert obligatoirement le passage par l’AOC, instaurant ainsi une progression graduelle vers cette reconnaissance européenne. Parmi les produits référencés AOP, on trouve par exemple la châtaigne d’Ardèche, la noix de Grenoble ou l’olive de Nîmes.

 

L’Indication Géographique Protégé (IGP)

L’IGP, régie par l’Union Européenne, indique qu’au moins une phase de la transformation du produit a eu lieu dans une zone géographique précise. C’est le cas par exemple du jambon de Bayonne, fabriqué et transformé dans la ville du Pays-Basque, mais dont la provenance des cochons peut être plus étendue.

 

Les labels non-officiels d’origine des aliments

Face à l’engouement des consommateurs pour les produits français, certains territoires ont lancé leurs propres labels non-officiels, garantissant que les produits sont issus d’une région bien spécifique. C’est le cas par exemple des labels « Produit en Bretagne », « Fabriqué en Aveyron », ou encore la « Marque Poitou », destinée à valoriser le savoir-faire gastronomique de la Vienne et des Deux-Sèvres. Cette dernière ne concerne d’ailleurs pas seulement les produits alimentaires : j’en bénéficie moi-même par exemple.

 

Les certifications relatives à la qualité supérieure d’un aliment

 

Une autre catégorie de labels identifie les produits dont la supériorité gustative ou qualitative est avérée :

 

  • Le Label Rouge est un signe officiel ****exclusivement français qui souligne la qualité supérieure d’un produit en comparaison à d’autres références similaires.
  • La spécialité traditionnelle garantie (STG) est une certification européenne qui vise à valoriser les méthodes de production et de transformation traditionnelles, à partir de matières premières de qualité.
  • La certification de conformité des produits (CCP) atteste qu’un aliment respecte des règles et des caractéristiques (visuelles, olfactives et gustatives) strictes.
  • Des labels non-officiels de qualité, comme le Collège Culinaire de France ou Goûm ont été créés par des collectifs indépendants de producteurs ou de restaurateurs.

 

Les signes attestant du respect de l’environnement

 

Les labels culinaires ont également pour vocation de distinguer les produits issus de pratiques respectueuses de l’environnement et du bien-être animal. C’est ce que propose le label officiel Agriculture Biologique (AB), qui suit un cahier des charges commun à tous les pays de l’Union Européenne.

 

Dans les rayons, une diversité de labels non-officiels émergent, censés garantir la dimension durable et écologique des produits alimentaires :

  • Vegan (eve, v-label),
  • Demeter,
  • 1% for the planet,
  • Ecocert,
  • Écotable (pour les restaurants),
  • Fairtrade.

Voici un échantillon des plus connus.

 

Les labels culinaires non-officiels de santé

 

La santé est un sujet au cœur des préoccupations des consommateurs. Pour faire face à cette demande croissante, des labels se sont développés afin de promouvoir une alimentation saine et la qualité nutritionnelle de certaines denrées. « Bleu blanc coeur » par exemple garantit des produits plus sains, riches en oméga-3.

Certains vont même jusqu’à répondre aux besoins des personnes atteintes de pathologies, comme le label Afdiag. Apposé sur les produits sans gluten, il offre une assurance aux consommateurs intolérants ou allergiques à cette composante, facilitant leurs choix alimentaires en toute confiance.

 

 

Porteurs d’un label, vos produits prennent une autre dimension. Qu’il mette en avant la qualité supérieure, l’origine authentifiée ou l’engagement écologique, le label culinaire dévoile une facette unique de vos créations. Bien plus qu’une simple étiquette, c’est un signe distinctif qui offre aux clients une palette diversifiée d’informations, favorisant leur consommation éclairée et consciente.